Un rhinocéros au large de Marseille !

Au large de Marseille, se trouve l’archipel du Frioul dont la célèbre île du château d’If. Autrefois un fort devenu une prison, elle rentre dans la légende pour avoir enfermé (fictivement) Edmond Dantès et l’abbé Faria, personnages du roman d’Alexandre Dumas, Le Comte de Monte Cristo.

Château d’If – Calanques 13.fr

Avant d’être un fort, ce ne fut qu’une île ordinaire, comme on peut en trouver partout. Mais elle va, à un moment, attirer tous les regards lorsqu’elle accueillit pendant quelques semaines un animal peu courant, un rhinocéros !

 

En mai 1515 débarque à Lisbonne un cadeau pour le roi du Portugal, Manuel Ier, pour le moins particulier, un rhinocéros ! Offert par le sultan indien du Gujarat, l’arrivée de cette créature inconnue suscita la curiosité générale. 

Quelques mois plus tard, afin de s’attirer les bonnes grâces du pape Léon X, dont il avait besoin pour patronner ses entreprises coloniales, le roi décida de lui faire don de l’animal mythique.

 

Après avoir embarqué le rhinocéros paré d’un collier de velours vert avec roses et œillets dorés, le bateau accosta sur l’île d’If en janvier 1516 pour s’approvisionner et permettre à l’animal de se reposer.

La rumeur de la présence de cette créature fantasmagorique attira de nombreux curieux à bord de chaloupes pour observer de plus près ce phénomène. Cette renommée arriva même jusqu’aux oreilles du roi François Ier qui, de retour de la bataille de Marignan, décida d’aller admirer ce rhinocéros de plus près. 

Quelle ne fut pas sa surprise de voir cet animal flâner sur cet îlot ! Mais ce qui le surprend davantage, c’est de constater que le port de Marseille était sans défense et particulièrement vulnérable aux razzias barbaresques ou invasions de toutes sortes. Il entreprit donc des travaux pour y remédier et fit bâtir sur l’îlot une place forte achevée en 1524, qui allait devenir la prison que l’on connaît tous, le Château d’If.

 

Puis, l’animal mythique reprit la mer direction Rome. Malheureusement, le bateau fit naufrage lors d’une tempête près des côtes italiennes. Enchaîné à bord, le rhinocéros coula avec le navire. Après avoir retrouvé son cadavre sur la côte, il fut, dit-on, offert empaillé à son destinataire.

 

Le passage de ce rhinocéros en Europe, le premier spécimen vu en Europe depuis l’époque romaine, a marqué les esprits. L’artiste allemand Albrecht Dürer, n’ayant jamais vu l’animal, s’inspira d’une description et d’un vague croquis pour réaliser sa populaire représentation de l’animal (voir image mise en avant). Un dessin aux détails fantaisistes certes (animal portant une sorte d’armure avec des décorations et des manches courtes d’où sortent des pattes de reptiles couvertes d’écailles, des poils dans les oreilles et sur le menton, une corne supplémentaire sur le dos,une queux d’éléphant…) mais qui connut un véritable succès et forgea pendant des siècles l’image que les européens avaient de cet animal. Diffusée en très grand nombre, cette œuvre contribua au succès de l’artiste et figura longtemps dans d’éminents ouvrages de sciences naturelles jusqu’au XIXème siècle et même dans des ouvrages scolaires allemands jusque dans les années 1930.

Et ce n’est pas tout, cette gravure servira même de modèle en 1730 pour une célèbre manufacture de porcelaines allemandes (manufacture de Meissen en Saxe) !

Rhinocéros en porcelaine – Wikicommons

Sources :

  • Marseille insolite – les trésors cachés de la cité phocéenne par François Thomazeau éditions les Beaux Jours
  • Histoires de Marseille de Roger Duchêne éditions Jean Michel Garçon
  • Wikipédia : Le château d’If + Le rhinocéros de Dürer
  • Karambolage – l’animal : le rhinocéros de Dürer – Arte

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.